9émes Rencontres Internationales du Cinéma des Antipodes
MOT D'ACCUEIL DU MAIRE

Les Rencontres Internationales du Cinéma des Antipodes font désormais partie du paysage tropézien puisque la ville accueille la 9 ème édition.

Une édition hautement symbolique cette année puisque cet événement cinématographique international parrainé depuis ses débuts par les ambassadeurs d’Australie et de Nouvelle Zélande se déroule en pleine coupe du monde de rugby mettant les antipodes au cœur de l’actualité
 
A l’occasion de l’Ouverture Officielle du Festival  et de la présentation en avant première du dernier film de Russel Crowe « American Ganster », la ville a d’ailleurs  l’honneur de recevoir  l’Ambassadeur d’Australie Madame Pénélope Wensley AO .

Ce Festival du bout du monde a également donné  l’opportunité et l’envie à Saint Tropez de nouer des liens étroits avec l’Australie au travers d’échanges avec la ville de Busseton

C’est à Bernard Bories, créateur et actuel Président du Festival que nous devons d’avoir eu l’occasion de découvrir au fil des éditions précédentes les multiples facettes de ce cinéma riche et intimiste qui nous transportent dans un tout autre  univers.

Un univers qui ne se limite d’ailleurs pas uniquement au cinéma avec tout au long du Festival, des expositions comme « Arts des Antipodes, de la musique et un forum professionnel en présence de Brian Rosen CEO de l’Australian Film Finance Corporation qui va présenter notamment la nouvelle organisation de l’industrie du cinéma australien.

Cette année Saint Tropez  a également  le plaisir d’accueillir en tant que Président du Jury  une des figures emblématiques du cinéma australien ,Phillip Noyce  qui ,à qui nous devons notamment  «  Jeux de guerre «  et «  danger immédiat » avec Harrison Ford ou encore « calme blanc » avec la grande Nicole Kidman.

Je souhaite la bienvenue à tous nos amis australiens, néo-zélandais et français  passionnés des arts des antipodes et me félicite du succès de chacune des éditions annuelles qui renforcent les liens économiques et culturels entre la France, l’Australie et la Nouvelle-Zélande et permettent de tisser des relations d’amitié aussi profondes que durables.

 

Jean-Michel COUVE
Député-maire de Saint-Tropez

MOT D'ACCUEIL DE L'AMBASSADEUR D'AUSTRALIE

En termes rugbystiques, le festival du cinéma australien et néo-zélandais de Saint-Tropez est un événement “tri nations”. Ce festival, déjà dans sa neuvième année, a pour ambition de permettre des rencontres entre les professionnels français, australiens et néo-zélandais, d’accroître la visibilité des films des antipodes en France et le volume des activités de co-production, et de favoriser une meilleure compréhension mutuelle de nos cultures. Le festival de Saint-Tropez fait découvrir au public français, et aux Tropéziens en particulier, les particularités et les richesses du cinéma australien. J’espère qu’il continuera sur sa lancée et prendra de plus en plus d’ampleur.

L’industrie cinématographique australienne emploie aujourd’hui quelque 50 000 personnes et 2 000 sociétés privées travaillent à la production de films pour le cinéma, la télévision et la vidéo. L’équivalent australien de la Fémis, l’Australian Film, Television and Radio School a acquis une solide réputation internationale, à l’instar de nombreux acteurs et actrices australien(ne)s (Nicole Kidman, Cate Blanchett, Naomi Watts, Toni Collette, Heath Ledger, pour n’en citer que quelques-uns). Les infrastructures de tournage et de production en Australie se sont développées à un point tel que de grosses productions – comme des épisodes des séries Matrix, Mission Impossible, La Guerre des Etoiles – ont été réalisées dans les studios de Sydney, de Melbourne et de la Gold Coast.

Dans le même temps, le contenu des films a continué d’évoluer. Depuis notre propre « Nouvelle Vague », notamment, dans les années 70, des metteurs en scène tels que Bruce Beresford, Peter Weir, Gillian Armstrong et Phillip Noyce, le président du jury de cette année, ont contribué à forger l’excellente réputation des cinéastes australiens. Les thèmes de la recherche d’identité, de la rédemption sociale et personnelle ainsi que de l’isolement géographique – mêlés à une irrévérence envers toute forme d’autorité et un humour sarcastique – sont la marque de fabrique des films australiens.

Plusieurs des réalisateurs dont les films sont projetés cette année ne vous seront pas familiers, et ne le seront probablement pas non plus à notre jury des tri nations. Mais nous serons assis dans l’obscurité de la salle, les yeux grands ouverts et plongerons dans le travail passionnant de Michael James Rowland, Matthew Saville, Cherie Nolan et des autres réalisateurs de talent dont les oeuvres seront montrées. Je tiens à exprimer mes chaleureux remerciements au Président du festival, M. Bernard Bories, au Député-Maire de Saint-Tropez, M. Jean-Michel Couve, ainsi qu’aux différents partenaires pour rendre possible cette fête du cinéma du bout du monde.

Bon festival.

 

Penelope Wensley AO
Ambassadeur d’Australie en France

MOT D'ACCUEIL DE L'AMBASSADEUR DE NOUVELLE-ZELANDE

L’Ambassade de Nouvelle-Zélande est très heureuse de continuer à soutenir les Rencontres Internationales du Cinéma des Antipodes. Pour la neuvième année, ce festival montre le meilleur de la production cinématographique néo-zélandaise et australienne à un public français exigeant, toujours plus nombreux au rendez-vous.

La New Zealand Film Commission peut s’enorgueillir d’une industrie cinématographique en plein essor. Elle offre des professionnels compétents, des laboratoires de post-production de tout premier ordre et des cinéastes talentueux particulièrement novateurs. A ces atouts techniques et artistiques incontestables s’ajoute un environnement naturel spectaculaire.

La Nouvelle-Zélande est un pays jeune et dynamique dont l’identité ne cesse d’évoluer. La diversité et la richesse de la société néo-zélandaise se reflètent dans notre cinéma. Nos films traitent de sujets très variés et sont différents dans leur style, mais ils partagent la même approche originale - une fraîcheur, une capacité de surprendre, une certaine manière de voir la vie.

La programmation concoctée cette année par Bernard Bories témoigne de la diversité des thèmes et des styles du cinéma néo-zélandais. Elle nous plongera d’un côté, dans l’amusante intimité d’une famille, et de l’autre dans le récit dérangeant de l’un des faits divers les plus tragiques de l’histoire du pays. Elle nous proposera également de faire bond de trente ans en arrière pour redécouvrir le premier film néo-zélandais distribué aux Etats-Unis. Chacune de ces histoires en dit long sur la culture, les habitants et le foisonnement créatif de Aotearoa, « Le Pays du Long Nuage Blanc ».

Fière de s’associer une nouvelle fois à ce festival, l’Ambassade de Nouvelle-Zélande est particulièrement sensible à l’énergie, l’enthousiasme et la passion  qui rendent possible un tel événement. Je souhaite tous les succès aux Rencontres Internationales du Cinéma des Antipodes 2007

 

Sarah Dennis
Ambassadeur de Nouvelle-Zélande

MOT D'ACCUEIL DU PRESIDENT

Alors qu’entre Wallabies et All Blacks, la coupe du monde de Rugby met les Antipodes dans la lumière, cette 9ème édition des Rencontres Internationales du Cinéma des Antipodes proposera pour la deuxième année une compétition de longs métrages australiens et néo-zélandais. Une occasion d'accueillir comme président du Jury Phillip Noyce, l'un des plus grands réalisateurs australiens, celui de « Calme Blanc », « Jeux de Guerre », « Le Chemin de la Liberté », « Au Nom de la Liberté », qui est en préparation de l’adaptation très attendue du roman de Tim Winton « Dirt Music ».

Autre nouveauté à se poursuivre lors de ce festival 2007, le Prix Baudin – Woodside Valley Foundation du meilleur court métrage des antipodes qui sera décerné par un jury de classes de lycées.  L'opportunité pour ces lycéens d'un travail en profondeur sur le cinéma de demain mais aussi un retour enrichissant pour les réalisateurs des antipodes. Une programmation qui s’inscrit dans une section Antipodes Junior dont le succès public est en constante progression.
 
Mais c'est toute la vitalité d'un cinéma en perpétuel renouvellement qui accoste dans la cité du Bailly comme en témoignent « Last Train to Freo », « Lucky Miles », « Noise », « Out OF The Blue », « Eagle vs Shark » ou, en avant-première, « Clubland » et « Black Water » tous des premiers films.

Mais nous célébrerons aussi le 30ème anniversaire de « Sleeping Dogs », film mythique néo-zélandais de Roger Donaldson et en clin d’œil à la Coupe du Monde de Rugby, c’est « Footy Legends » de Khoa Do qui clôturera le festival alors que nous aurons le privilège de présenter en ouverture, en avant première le dernier film de Russell Crowe « American Gangster ».

Enfin, Place des Lices, vos balades vous amèneront à découvrir un nouveau lieu d’exposition avec ‘Arts des Antipodes » proposé avec le partenariat de la Galerie Nathalie Duchayne. Sans oublier la musique avec le ciné concert du pianiste néo-zélandais Christopher Hainsworth, l’accueil chaleureux de l’association France Nouvelle-Zélande et le Forum professionnel rassemblé autour de Brian Rosen, CEO de l’Australian Film Finance Corporation.

Alors bonne balade à Saint-Tropez au coeur des antipodes et de son cinéma.

Bernard Bories
Président de Cinéma des Antipodes